Traitement par ondes de choc extra corporelle

Il vous est proposé de pratiquer un traitement par ondes de choc ou ESWT pour Extracorporeal Shock Wave Therapy, utilisées pour le traitement des tendinites et de nombreuses affections de l’appareil locomoteur

Il ne sera réalisé qu’avec votre consentement éclairé.

Une information vous est fournie sur le déroulement du traitement et de ses suites.

Il se peut que cette intervention ne permette pas d’atteindre le but escompté.

Qu’est-ce que le traitement par ondes de choc extra corporelles ?

Les ondes de choc s’intègrent dans les traitements mécaniques utilisés depuis fort longtemps pour traiter les affections de l’appareil locomoteur.

Historiquement, le Docteur CYRIAX avait mis au point une technique manuelle toujours utilisée par les kinésithérapeutes : le massage transversal profond exécuté « au doigt ». Ce traitement s’avère douloureux pour le patient mais aussi pour le praticien. Il est efficace mais très dépendant de l’exécutant.

Les ondes de choc extra corporelles que nous utilisons sont une catégorie d’ondes acoustiques discontinues de haute énergie : Machine ORTHOSPEC de la société MEDISPEC.

La zone d’action a une forme ellipsoïdale (en cigare) dont le diamètre et la longueur varient en fonction des sources utilisées, pour les plus performants le diamètre de la zone thérapeutique est de 4 cm et la profondeur est d’environ 12cm.

Le centre médical Tourville dispose d’une machine à ondes de choc focales, machine puissante dont l’utilisation n’est réservée qu’aux médecins.

Cette machine est très peu répandue en France, elle est utilisée par les grands centres de traitements et certaines équipes sportives professionnelles  en raison de son cout et de son encombrement contrairement aux machines à ondes de choc radiales.

Les ondes de choc radiales ou RSWT pour Radial Shock Wave Thérapy sont différentes, elles sont produites par un système pneumatique mobilisant un piston qui martèle la peau et les tissus sous jacents. Ce sont des ondes de faible pression dont la transmission s’épuise rapidement dans les tissus, environ 3,5cm.

Quel est l’intérêt d’un traitement par ondes de choc extra corporelles?

Les tendons peuvent être assimilés à des cordages ou à des sangles qui prolongent les aponévroses enveloppant les muscles, et les relient à l’os pour transmettre le mouvement : la contraction musculaire raccourcit le muscle qui exerce une traction sur le tendon qui la transmet à l’os sur lequel il s’insère pour assurer le mouvement, le contrôler ou maintenir une position.

  •  le tendon sain et faiblement vascularisé et très richement innervé.
  • le tendon est essentiellement constitué de fibres de collagène, la proportion de fibres élastiques est très faible et ne constitue qu’un tout petit pourcentage de celui-ci.

Les ondes de choc ont un effet mécanique direct sur les tissus et structures se trouvant dans la zone thérapeutique.

Le calibrage de l’énergie délivrée par les unités de traitement dédiées à l’orthopédie, est réglé de façon à ce que dans les conditions habituelles d’utilisation, les tissus sains soient respectés.

En effet les tissus pathologiques ou lésionnels, présentent des caractéristiques mécaniques différentes des tissus sains, ces derniers ont une résistance et une élasticité très supérieure aux tissus pathologiques.

Du fait de leurs caractéristiques mécaniques inférieures, les tissus pathologiques sont agressés par les ondes de choc. Ceci est suivi d’une vascularisation de la zone traitée, qui permettra d’assurer une détersion de la partie lésionnelle, puis une cicatrisation de celle-ci.

Un tendon sain ne  paraît pas vascularisé sur un écho doppler, tandis qu’un tendon traité en cours de cicatrisation présente, très fréquemment une néo-vascularisation.

L’efficacité des ondes de choc, dépend donc de l’évolution pathologique des structures traitées ; il faut que les processus de détersion et de cicatrisation soient encore possibles, ceci supposant qu’une partie des tissus n’est pas pathologique et puisse servir de « tuteur » lors de la cicatrisation.

 

Indications :

En premier lieu les tendinites :

  • les tendinites de l’épaule, tendons de la coiffe des rotateurs et du biceps, anciennement appelées péri arthrite scapulo humérale.
  • tendinite du coude : épicondylalgie (tennis elbow), épitrochléite (golf elbow).
  • tendinite du genou : rotulienne et quadricipitale
  • tendinite d’Achille
  • tendinite du moyen fessier
  •  Les calcifications douloureuses de l’épaule.Autres affections de l’appareil locomoteur :
  • aponévrosite plantaire avec ou sans épine calcanéenne (douleurs du talon)
  • périostites
  • fractures de fatigue
  • retard de consolidation osseuse ou pseudarthrose
  • ostéonécrose aseptique

Comment se déroule un traitement par ondes de choc extra corporelles?

Il comporte 3 séances.

Au cours de chaque séance, sont administrés, de 1500 à 3000 chocs, la séance dure, environ, de 10 à 20mn.

Le traitement ne nécessite pas systématiquement d’anesthésie, l’intensité des chocs étant modulable, on règle ceux-ci de façon à rendre le traitement supportable, toutefois sur certaines localisations très sensibles une anesthésie locale peut être pratiquée.

L’espacement entre les deux séances est de 1 à 2 semaines, le traitement est donc effectué en 15 jours à un mois.

Les patients sont revus à distance du traitement (1 à 3 mois) afin d’apprécier leur évolution vers la guérison.

Les ondes de choc induisant un processus de cicatrisation, celui-ci prend plusieurs semaines, la durée est variable en fonction de l’importance de la lésion et de la qualité des tissus péri lésionnels.

La plupart des études donnent des résultats comparables : 60 à 80% de bons et très bons résultats avec un délai de plusieurs semaines ( 3 à 12).

Ce délai résulte du processus de cicatrisation, induit par les ondes de choc, qui est indispensable à l’évolution vers la guérison.

L’effet antalgique le plus souvent obtenu dans l’immédiat après le traitement, résulterait d’une action sur les fibres nerveuses de la douleur, mais il est inconstant et ne constitue pas le but ultime du traitement.

Repérage de la zone à traiter

Le traitement de  certaines calcifications profondes peut nécessiter un repérage préalable radiographique qui sera réalisé dans le centre quelques minutes avant le traitement.

 

Contres indications

la grossesse

  • les traitements aux sites de passage de gros troncs nerveux ou de gros vaisseaux
  • les troubles de la coagulation et de l’hémostase : hémophilie.
  • les tissus sièges d’inflammations aiguës, d’infections, de tumeurs primitives ou secondaires.
  • Une cicatrice ouverte sur la zone à traiter.
  • Les cartilages de conjugaison des os en croissance.
  • Les régions pulmonaires et cardiaques.
  • Les douleurs non localisées.

 

Traitements associés

Ce traitement ne dispense pas d’autres mesures parfois utiles.

Le repos sportif est recommandé mais relatif : en effet un tendon siège d’un processus de cicatrisation ne doit pas être sollicité au maximum de ses possibilités. Toutefois un travail en décharge (vélo, natation), ou en charge partielle, permet d’orienter la cicatrisation.

  • Le glaçage en cas de réaction douloureuse
  • Les anti-inflammatoires par voie générale.
  • La kinésithérapie qui permet, elle aussi, par des actions musculaires spécifiques d’orienter le mieux possible la cicatrisation du conjonctif.
  • L’association avec des injections de plasma riche en plaquettes (PRP)

 

Remboursements

Le cout de chaque séance est de 130 Euros.

La Caisse d’assurance Maladie ne rembourse pas ce traitement.

Votre facture peut être produite dans le cadre de toute demande à une assurance complémentaire.